A combien est proposé le zinc actuellement ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Sommaire

Le zinc fait partie des métaux les plus prisés par l’homme étant donné ses propriétés, notamment sa capacité de résister à la corrosion. Il joue un rôle important dans la fabrication de l’acier inoxydable. Il est également indispensable pour la santé. Avant de parler du prix du zinc actuel, voyons tout ce qu’il y a à savoir sur ce métal. 

Les différentes utilisations du zinc

Source image : pixabay

Le zinc fait preuve d’une grande résistance par rapport à la corrosion. C’est la raison pour laquelle, il est utilisé dans la confection des objets conçus avec de l’acier inoxydable. De plus, il est bénéfique pour : 

  • la santé
  • l’agriculture
  • les appareils et équipements ménagers
  • les pièces utilisées dans les entreprises industrielles, en particulier dans l’industrie de l’automobile.

Il semble que le zinc, également appelé le zangâr, date du Vème siècle. Des bracelets en zinc ont été découverts à cette époque dans les mines de Camaros en Grèce

L’évolution du marché du zinc

Ces derniers temps, le marché du zinc a rencontré quelques difficultés. Mais il se trouve qu’il commence à aller mieux. Sa valeur pécuniaire n’a diminué que 0,34 %, soit -0,62 % par rapport à sa valeur au mois de juin dernier. L’excédent du stock du zinc est l’un des facteurs de cette baisse. C’est ce qui explique le fait que certaines entreprises industrielles préfèrent s’investir dans d’autres métaux moins onéreux, comme : 

  • l’aluminium
  • le plomb 
  • l’acier  

Il convient aussi de noter que le conflit actuel entre l’Ukraine et la Russie influe négativement sur les marchés mondiaux des métaux, notamment celui du zinc. Autrement dit, les prix des métaux ont tendance à augmenter. 

Le prix du zinc en tonne est estimé à 1831, 5 euros sachant que le cours maximal est de 2187, 4 euros. En dollar, le prix de la tonne peut se négocier à 4000 dollars sur le London Metal Exchange (LME). Ce qui lui permet d’être hors d’atteinte, au moins pour cette année. Autrement dit, cette légère diminution de sa valeur pécuniaire ne devrait pas inquiéter les investisseurs. D’autant plus que la Chine projette récemment d’augmenter leur importation. On verra si cela va suffire pour que le marché fonctionne à merveilles et attire beaucoup plus d’investisseurs

Qu’en est-il de l’état de l’offre sur le marché ? 

Le cours du zinc varie en fonction de l’état de l’offre et de la demande. Bien qu’il tienne la troisième place du métal non ferreux produit dans le monde, il ne figure pas encore parmi les modèles les plus demandés. Les pays qui utilisent plus le zinc sont : 

  • l’Inde
  • la Chine

En effet, la moitié de la production annuelle du zinc est destinée pour ces deux pays, sachant que la Chine est également le premier pays producteur de zinc dans le monde. 

Quant à l’Afrique, elle n’occupe qu’une part marginale de la production mondiale, soit 3,4 % en 2019. A cet effet, le pays est en train de mettre en place un projet pour mieux se positionner sur le marché mondial de ce métal non ferreux. Deux pays se sont déjà projetés là-dessus : 

  • La RDC où la Gécamines et Ivanhoe envisagent de relancer Kipushi. Il s’agit d’une mine historique qui pourrait renfermer la plus grande quantité de zinc dans le monde.
  • L’Afrique du Sud avec Vedanta Ressources qui projette de lancer une production de 4 millions de tonnes de minerais par an.

En ce qui concerne l’évolution du marché du zinc, logiquement, c’est le principal producteur qui devrait contrôler l’évolution du cours du produit. Pourtant, cela dépend en réalité des conjonctures économiques mondiales. En d’autres termes, bien que la Chine ait augmenté l’importation du zinc, cela ne parviendra pas à remettre le marché à flot en raison de la baisse de la demande venant des pays de l’Europe et des Etats-Unis. 

Malgré cette baisse, il y a encore de l’espoir concernant l’avenir du marché du zinc. Voici quelques faits qui peuvent justifier ces prévisions : 

  • actuellement recenser pas moins de 12 millions de contrats à terme sont recensés
  • 1,5 d’options par an s’ajoutent à ces contrats
  • les stocks de cuivre qui est de plus de 100 000 tonnes au sein du LME (London Metal Exchange), sont largement suffisants pour approvisionner le marché ne serait-ce que pour l’année prochaine.

Source image à la une : pixabay

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Inscrivez-vous à la newsletter